23 juin 2014

Today we cook : Les Popchips débarquent en France

 Il ne s’agit pas d’un nouveau buzz musical qui vous entraînera sur les plages cet été ! Bien que la célèbre chanteuse Katy Perry en soit l’égérie, les Popchips sont tout simplement une marque de chips américaine.
 
 
 
PopChips Original Originaire de San Francisco, l’enseigne est lancée en 2007 aux Etats-Unis. Son créneau, proposer des produits jusqu’alors assimilés à la « junk food » – traduit malbouffe en français – mais dont la nature et l’image s’opposent radicalement à cette dernière. En effet, les chips sont traditionnellement élaborées en faisant frire de fines tranches de pommes de terre dans de l’huile, ce qui explique les quantités non négligeables de matières grasses. Les Popchips elles, ne sont ni frites, ni cuites au four, mais seulement soufflées, c’est ce que l’on appelle la technique du « popping » !
Résultat, soufflées sous l’effet de la pression et de la chaleur, les chips sont évidemment moins caloriques (environ -50%) et moins grasses (Matières Grasses proches de 0) qu’au contact d’huiles de friture, ce qui est autant bénéfique pour votre santé que pour vos doigts si souvent habitués à être huileuses… Popchips s’attache à utiliser des produits naturels, sans colorant, sans conservateur, et pour les plus pointilleux, sans gluten et même Casher ! Découvrez vite ces chips pas moins craquantes et croustillantes que vous retrouverez en magasin en sachet de 85g, sous leur version Originale ; Barbecue ; Vinaigre & Sel de Mer ; Sel & Poivre ou encore Oignon & Sauce aigre-douce !

Live for what you love.
Let's Be Swagg.
L.

14 mai 2014

Free Time : Grace de Monaco


En ouverture du Festival de Cannes, Olivier Dahan s'inspire d'un moment-clé de la vie de Grace Kelly pour un film très premier degré.
 

Date de sortie : 14 mai 2014
Réalisé par : Olivier Dahan
Titre original : Grace of Monaco







Synopsis
Lorsqu’elle épouse le Prince Rainier en 1956, Grace Kelly est alors une immense star de cinéma, promise à une carrière extraordinaire. Six ans plus tard, alors que son couple rencontre de sérieuses difficultés, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood, pour incarner Marnie dans son prochain film. Mais c’est aussi le moment où la France menace d’annexer Monaco, ce petit pays dont elle est maintenant la Princesse. Grace est déchirée. Il lui faudra choisir entre la flamme artistique qui la consume encore ou devenir définitivement : Son Altesse Sérénissime, la Princesse Grace de Monaco.

C’est le biopic qu’on n’attendait pas. 

Ce «biopic», où Nicole Kidman tient le rôle-titre, était très attendu après que sa sortie a déjà été plusieurs fois reportée et que la famille princière a publiquement dénoncé ses «références historiques erronées et littéraires douteuses».

En privilégiant une période charnière du mariage de Grace et Rainier, l’année 1962, Olivier Dahan risque de surprendre les spectateurs qui espéraient une biographie en grandes pompes de l’icône du Rocher. A la place, nous retrouvons Grace de Monaco six ans après son mariage avec le prince Rainier. Lequel vaque à ses occupations très politiques pendant que l’ex-égérie d’Hitchcock élève Caroline et Albert… La visite du maître du suspense, qui suggère à l’actrice un retour à Hollywood, va l’obliger à faire des choix décisifs...



En se focalisant sur le dilemme qui agite son héroïne, le réalisateur français livre avant tout un portrait femme à la fois glamour et tragique, doublé d’une séduisante réflexion sur le métier d’actrice. Avec Nicole Kidman, Olivier Dahan pouvait difficilement viser plus juste : une star planétaire, au talent indéniable, dont le premier mariage a fait jaser… Le parallèle, inévitable et troublant, fait la force d’un film qui s’autorise quelques libertés, assumées, avec la réalité des faits.





Le récit intime d’un couple hors norme

Dans la peau du prince absent, Tim Roth trouve un contre-emploi savoureux, loin des rôles de bad boys qui l’ont fait connaître. Le reste du casting est en retrait de ces deux "monstres" même si une poignée de seconds rôles tirent leur épingle du jeu à l’image du vétéran Frank Langella dans la peau du confident de Grace, le frère Tucker, et de la comédienne espagnole Paz Vega, irrésistible en Maria Callas.

        Sans ruer dans les brancards, Grace de Monaco parvient à proposer un regard incisif sur l’histoire d’une famille dont la presse people a chroniqué les moindres faits et gestes jusqu’à l’excès. Derrière le vernis du Palais, l'apparat d’un couple et les sourires de circonstances, le réalisateur de La Môme parvient également à tisser le récit intime d’un couple hors norme, sans le banaliser ni lui ôter sa part de mystère. Ce qui le rend d’autant plus attachant.


Des mauvaises critiques injustifiées !

     
     Avant même sa sortie, "Grace de Monaco" a en effet été très critiqué par la famille princière qui a tenu à prendre ses distances avec ce projet. A cela s'ajoutait un vif conflit entre Olivier Dahan et son distributeur américain, Harvey Weinstein. Le réalisateur français avait ainsi confié en octobre dernier les nombreuses difficultés rencontrées lors du montage du film, à cause de la volonté du puissant producteur d'avoir le finalcut.

        Malgré (ou à cause de) ce tapage médiatique, "Grace de Monaco" a été très fraîchement accueilli par la presse ce matin avant sa présentation officielle au festival de Cannes. Le Parisien a ainsi évoqué aujourd'hui un "accueil glacial" et "des sifflets" lors de la projection presse. Une information confirmée par d'autres journalistes présents dans la salle.

         Nicole Kidman est épatante ! Elle est à la hauteur de l’icône qu’était et restera Grace Kelly.  
« Grace de Monaco » aurait pu n'être qu'une simple biographie plate et sans réelle profondeur. Cependant, l'une des grandes forces du film reste la manière dont Olivier Dahan a bâti son film. A mi-chemin entre le long-métrage biographique traditionnel et le film politique, Grace de Monaco tient son spectateur grâce à la mise en scène rythmée insufflée par son réalisateur. 

Les images et les plans s'enchaînent, chaque détail est mis en valeur pour un résultat visuel très agréable. A l'écran, les paysages monégasques ensoleillés contrastent avec l'obscurité et l'atmosphère lourde d'un immense château vide et au demeurant assez froid. Nicole Kidman et Tim Roth, sont chacun le symbole même d'une partie de l'histoire. Et le film va de l'un à l'autre, sans que le spectateur ne trouve la possibilité de s'ennuyer.



Live for what you love.
Let's Be Swagg.
L.

18 janvier 2014

Free Time / Revue : Zumba

Allumer la radio et entendre" sa toune" passer (référence à mes amis canadiens!).
Mettre le son à fond.
Tout oublier et commencer à chanter, danser, se déhancher comme une folle....  
Comment ça vous ne faites jamais ça?
Je vous conseille alors soit d'allumer la radio, soit de tester la zumba!

            Je suis allée (de mon plein gré), après un long moment passé loin de la salle de cours, à une Zumba Party et bien sûr j'ai A-D-O-R-E ou comme je dirais sur twitter : 
"j'ai kiffé! #gym #fitness #zumba #addict #workout #strong #healthy #sogood #justdoit"
Que demander de plus : 4h de danse dans une ambiance que je qualifierais d'énorme, de magique, de fantastique...
La Zumba, c’est juste un cours de danse latino ?
          En fait pas vraiment, la Zumba est pompeusement appelée dans les clubs de gym "danse fitness". Le top pour ceux qui aiment faire du sport en s’amusant, c’est qu’un cours de Zumba se situe à mi-chemin entre le cours de danse latine et le cours de gym classique. Les chorégraphies mêlent des mouvements de danses latines inspirées de la Cumbia, la Salsa, le Merengue et le Reggaeton et des mouvements de fitness type "squats" et "crunches"(jargon des adeptes du club de gym qui désigne deux type d’exercices de musculation : un pour travailler les fessiers et l’autre pour les abdos). Se trémousser comme sur la piste de danse sur des rythmes latino en travaillant les différents groupes musculaires, voilà un peu le concept.

Qu'est ce qu'une Zumba party? 
          C'est le même principe qu'un cours sauf que le nombre d'élève est digne d'une boîte de nuit  et qu'il y a différents instructeurs ! Pour cette fois, nous avons eu le droit à 6 instructeurs :



  • CAROLE (Saulnois)
  • ISABELLE (Otterswiller)
  • RENE LOMANGA (Bruxelles)
  • FRANÇOISE (Sarrebourg)
  • KATIA (Sarrebourg)
  • VANESSA (Sarrebourg)









Pour votre culture
        La Zumba, a été inventée par le danseur et chorégraphe colombien Alberto « Beto » Perez. 

Très en vogue aux Etats Unis et au Canada, la Zumba a débarqué en France et est rapidement devenue l’une de nos activités favorite.




La Zumba, c’est bon pour quoi ?
      Une heure de Zumba apporte de nombreux bénéfices tant au niveau physique que psychique.
  • D’abord on travaille au niveau musculaire : les morceaux de zumba sont censés travailler tous les groupes musculaires. Progressivement, on gagne aussi en souplesse (pilates, étirements), en force et en endurance (on saute et on bouge beaucoup!).
  • On entraîne notre cœur en alternant des morceaux très énergiques axés cardio et des moments plus lents pour récupérer. Résultat, on travaille son souffle et on apprend à respirer plus facilement.
Au niveau du mental, on déstresse à fond. Et c’est fou ce que ça fait du bien! Cela tient sans doute au pouvoir fantastique de la danse, expression corporelle et artistique par excellence, qui vide la tête et nous fait oublier nos soucis. On se sent plus léger, libéré, comme après un cours de footing. Idéal pour décompresser après le boulot, les examens... !

Et c’est compliqué ou pas?

          Ça dépend ce que vous appelez « compliqué ». Pas besoin d’avoir fait 3 ans de danse avant, en principe les cours sont conçus de manière à ne pas exiger de savoir particulier. Si vous n’avez pas l’habitude de faire du sport, le premier cours risque d’être un peu laborieux, mais il restera efficace.  
L’essentiel c’est de bouger, de transpirer et de se faire plaisir ! 
video
Si vous n’avez pas le rythme dans la peau, vous risquez d’être largué et de ne pas réussir à suivre les enchaînements. Mais pas de panique, les mouvements sont récurrents donc normalement à force de les faire, ils devraient rentrer plus facilement. Un conseil : ne pas se poser de questions et aller à son rythme. La coordination, la synchronisation et le style pour épater ses amis, ça viendra après.

Quelques morceaux de Zumba ...
  • Crazy Love - Mara ft Beto Perez
  • Timber - Pitbull ft Ke$ha
  • Metela Sacala - El Chevo
  • Echa Pa'lla (Manos Pa' Arriba) - Pitbull ft Papayo 
  • Wrecking Ball-Katanah
  • Treasure - Bruno Mars
  • Dance, Dance, Dance - Zumba Fitness
  • Sweet  Girl -  Zumba Fitness
Envie d’essayer ?
Plus d’infos sur Zumbafitness.fr.
Pour les habitants de Sarrebourg, je conseille sans hésitation La Fabrik :
    http://katiawatzky.zumba.com/
    https://www.facebook.com/lafabrik.sarrebourg


Live for what you love.
Let's Be Swagg.
L.
"Be what you want, doesn't matter what they say"
Léo
 

12 janvier 2014

Make-up : Collection Magnetic Nude de MAC

Hey What's up ?!


Il y a peu est sortie la nouvelle collection Magnetic Nude de Mac. Alors qu'elle était déjà disponible à l'étranger (depuis le 26 décembre) et sur internet, je l'ai découverte pour ma part ce vendredi 10 janvier dans le corner Mac des Galeries Lafayette.
Tout d'abord c'est selon moi la collection parfaite pour les débutantes en maquillage qui souhaitent commencer avec des couleurs nudes, discrètes, faciles à porter. On y trouve aussi quelques indispensables (toujours selon moi).

Cette collection est composée de :
- 3 Fluidline (eye liner)
- 5 Fards à paupières
- 3 Blush
- 3 Poudres skinfinish
- 4 Rouges à lèvres
- 5 Gloss
- 1 Mascara
- 4 Pinceaux


Pour ma part, j'ai craqué pour un blush et un rouge à lèvres.

Les blush de cette collection sont vraiment réussis.

Personnellement j'ai opté pour Autoerotique (au milieu) qui est un rose corail foncé. 


Cette collection vient de sortir et je n'ai donc pas encore pu l'utiliser énormément, mais j'ai su à la première application que j'allais l'adorer. En un coup de pinceau ce blush donne bonne mine et nous fait oublier notre teint pâlichon d'hiver. C'est surement dû à sa belle couleur mais aussi à son fini satiné qui illumine juste ce qu'il faut. Vraiment sublime !
Quant aux autres teintes, At Dusk (à gauche) me paraissait trop clair et me faisait pensé à un blush que j'ai déjà tandis que Pleasure Model (à droite) m'a à première vue bien tentée, j'ai cependant été dissuadée pas la conseillère Mac qui le trouvait trop foncé pour ma carnation.

Comme je vous le disais, cette collection compte 4 rouges à lèvres. 


Ces couleurs, même la plus foncée, sont vraiment très facilement portables. J'ai d'ailleurs beaucoup hésité à prendre le rouge. Mais non, j'ai opté pour Close Contact, un superbe nude au fini amplified (à droite). 



Je n'avais pas encore de vrai nude. Je n'en ai jamais trouvé qui me convienne complètement, c'est-à-dire qui ne fasse ni cadavre, ni trop rose, ni trop marron. J'ai d'abord jeté un coup d’œil à Close Contact sans grande conviction, jusqu'à ce que je vois qu'il n'était pas comme les autres que j'avais pu swatcher auparavant. En effet, ses tons pêches lui donne un petit pep's qui ne font pas l'air cadavérique, trop beige, que je déteste. Il n'est cependant pas trop orangé non plus. Je pense avoir enfin trouvé mon nude parfait !

Et vous ? Avez-vous craqué pour cette collection ? Quelles sont vos dernière acquisitions ? 


Enjoy Life !
Cha' .

5 janvier 2014

Make-up : Mes premiers produits MAC

Hey What's up ?!

Je reviens aujourd'hui pour vous parler de la marque de cosmétiques professionnelle : MAC.

Pour la petite histoire, lorsque j'ai commencé à me passionner pour les cosmétiques, je me suis toujours dis en voyant les haul MAC des Youtubeuse "Jamais je n'achèterai de MAC, c'est trop cher, je ne mettrai pas autant dans du maquillage, tout ça pour des rouges à lèvres,..." Puis progressivement je me suis dis "Un rouge à lèvres pour tester pourquoi pas" "Les paint pot ont l'air pas mal non plus". C'est en revenant de mes vacances en Espagne cet été que je me suis décidée en tombant sur un corner MAC dans l'immense Duty Free de l'aéroport de Malaga (Andalousie). Je vous arrête tout de suite, je n'ai pas réalisé de grandes économies en achetant détaxé puisque le rouge à lèvre par exemple était à 16 au lieu de 18€ (cependant inutile de vous préciser que cela a suffi à m'auto-convaincre. On culpabilise moins avec des prétextes... "Non mais chéri 2€ de moins qu'en France tu comprends bien que je ne peux pas résister !") Je me suis alors ruée sur les rouges à lèvres. Comme je n'avais pas la moindre idée de ce que je voulais, j'ai bien regardé, j'en ai swatché deux ou trois et j'ai pris le premier à me taper dans l'oeil : Crosswires.

Crosswires a un fini Cremesheen (crémeux) qui est décrit par le site MAC comme un "orange rosé". C'est en effet ce qui le défini le mieux. C'est une couleur sublime pour l'été et je me souviens qu'il allait vraiment bien avec mon bronzage (il fut un temps...). Ni trop flashy ni trop discret je ne le regrette pas et je trouve que l'on en entend pas assez parler.
Eté 2014, Crosswires et moi t'attendons !!

Vous vous doutez bien que ce rouge à lèvre n'a pas fait le voyage du retour vers la France tout seul ! Il était effectivement accompagné par un paint pot : Let Me Pop.

Tout d'abord, les paint pot sont des fards à paupière crème, ils sont vraiment très agréables à poser, à travailler, à porter. Ils ont une très bonne tenue et une bonne pigmentation en général.

Let me pop est selon le site, un "cuivré clair givré". C'est pas que ça nous aide pas mais... Plus clairement c'est selon moi un orangé aux forts reflets dorés (ok après réflexion je leur accorde le cuivré clair ;)) Une chose est sure, il porte très bien son nom !
Autant vous dire qu'avec une couleur aussi belle et lumineuse, un trait de liner, un coup de mascara (pourquoi pas un passage de Crosswires sur les lèvres) et c'est parti ! Je le préfère lui aussi en été mais il peut très bien se porter en automne avec un peu de marron en coin externe par exemple (ce que je fais aussi vous le verrez plus tard).

Vous l'aurez compris, ces deux produits m'ont conquise et je ne pouvais donc pas m’arrêter là.

Ma (très) petite collection s'est encore un peu agrandie lors d'un week-end à Paris en septembre. J'en ai en effet profité pour visiter un petit paradis : le magasin MAC des Champs Élysées (le grand paradis étant le Sephora de cette même avenue).
Je savais cette fois ce que je voulais (du moins pour un article). J'avais besoin envie d'un rouge à lèvres à porter lorsque je fais un maquillage chargé sur les yeux, quelque chose de passe-partout, un peu voyant mais pas trop et pas trop nude non plus. Une conseillère m'en a donc fait essayer quelques uns (précision : ils les désinfectent à l'alcool puis les essuient ce qui est très appréciable !) et mon choix s'est arrêté sur le Viva Glam VI, un rouge à lèvres au fini lustre (lustré, brillant).
Le site le décrit comme un "Prune claire très légèrement nacré" tandis que je lui trouve plutôt des tons marronés, légèrement prune voire bordeaux et juste ce qu'il faut de micro paillettes pour le brillant. C'est donc un sans faute pour la conseillère qui a immédiatement compris ma demande. Il colore les lèvres mais sa "transparence" fait qu'il peut très bien accompagner un maquillage des yeux soutenu.
Il a tout de même un défaut et pas des moindres : sa tenue. Sa transparence fait qu'il n'est pas très pigmenté et ne tient donc pas merveilleusement bien sur les lèvres.
Ayant l'habitude de prendre mon rouge à lèvre appliqué le matin pour la journée, ce défaut ne m'empêche pas de beaucoup l'aimer.

Ayant beaucoup aimé mon premier paint pot, je décide de retenter l’expérience avec Bare Study dont j'avais beaucoup entendu parler dans les vidéos de mes Youtubeuses préférées.
 
La marque nous le décrit comme un "beige clair avec des paillettes dorées". Et... je suis d'accord ! C'est un beau beige presque blanc avec de beaux reflets dorés. Une fois de plus, un trait de liner (ou même pas), un peu de mascara, un beau rouge à lèvres rouge et on en parle plus. J'aime définitivement la luminosité de ces paint pot.


J'ai terminé mes emplettes par un blush. Une fois de plus je voulais quelque chose de passe-partout pour l'automne-hiver (si déjà c'est du MAC autant ne pas le porter deux fois pas an). Et l'élu est donc Pinch me.



Pinch me est un blush de couleur vieux rose foncé, ou bois de rose. Il est décrit par MAC (non vous n'y échapperai pas) comme un "corail rose veilli". Autant vous le dire tout de suite, il a immédiatement fait partie de mes blush préférés. C'est un blush simple, passe partout, correspondant très bien à ma carnation et que je porterai finalement très bien en été aussi. Coup de cœur chapitre 5 !

Mes acquisitions suivantes viennent d'une commande passée sur le site de MAC. J'ai craqué pour deux rouges à lèvre et un painpot.
Mon choix s'est tout d'abord porté sur le rouge à lèvres Hot Tahiti dont j'ai beaucoup entendu parler sur Youtube. 



Hot tahiti est un beau rouge tendre au fini Glaze et très modulable. On obtient en un passage un effet "lèvres mordues", idéal pour les maquillages légers tandis que plusieurs passages apporteront d'avantage de couvrance. 

J'ai ensuite opté pour Cosmo.

Cosmo est un bois de rose assez foncé, parfait pour les maquillages discrets ou si vous avez choisi de mettre l'accent sur vos yeux. Ayant les lèvres assez pigmentées, il est à peine plus foncé que leur pigmentation naturelle me permettant donc de juste en rehausser la couleur. Et selon moi tout le monde devrait avoir un rouge à lèvre dans les mêmes teintes que ses lèvres.


Je vous l'ai dit, j'aime j'adore les paint pot et ayant déjà deux couleurs claires dans ma collection, je voulais cette fois un paint pot foncé. Mon choix était déjà tout fait puisque j'avais repéré cette teinte plus tôt à Paris. Il s'agit donc de Constructivist.


Constructivist est un paint pot brun métallique très légèrement pailleté. J'aime beaucoup ce genre de couleur en coin externe. Il s'associe très bien à un doré, un beige, un bronze plus clair, un cuivre,etc.. mais aussi à Let me pop comme je vous le disais plus haut.

 

Puis la collection en édition limitée de Rihanna est sortie. Rien ne m'a tenté... sauf le Riri Woo.




Riri Woo est un magnifique rouge mat. Le rouge parfait selon moi. Tenue excellente, couleur bien vive. Par contre c'est un mat, il faut donc s'attendre à ce qu'il assèche les lèvres et prévoir un baume à lèvres en dessous, ce qui facilitera aussi son application.
Son packaging, même s'il ne fait évidement pas tout, est, soyons d'accord, complétement canon.

Enfin est arrivée la collection en édition limitée d'hiver, la Divine Night. J'ai beaucoup aimé cette collection mais seuls deux produits m'ont réellement attiré.
Il y a tout d'abord le rouge à lèvres Private Party. 


Private Party est un prune tirant légèrement vers le rose foncé au fini Satin. C'est une jolie couleur parfaite pour l'automne/hiver et son fini satin le rend très agréable à appliquer comme à porter. Je ne pensais pas porter ce genre de couleur un jour mais je suis finalement ravie d'avoir essayer. Je pense de plus qu'il peut aller à toutes les carnations.

Le deuxième produit de cette collection en ma possession est le blush Lured to love. 



Lured to love est un blush minéral (comme les autres blush de la collection). MAC défini sa couleur comme un "rose corail givré de rose" et je vous donne une fois de plus leur description car je ne saurais dire mieux. J'apprécie beaucoup ce blush lorsque je veux quelque chose de très très léger sur les joues, à peine rosé et un peu illuminateur. Et heureusement que je ne lui en demande pas d'avantage car il me décevrait. En effet, je ne sais pas si c'est à cause de ma couleur de peau (pas SUPER claire mais pas mate non plus) ou si c'est le blush qui veut ça, mais il est très très discret et conviendrai surement d'avantage aux peaux claires.

Un passage aux Galeries Lafayette m'a aussi fait craquer pour deux autres produits.
Le premier, un rouge à lèvre (oui encore!). Et il s'agit cette fois de Patisserie.
Patisserie est un rose clair au fini Lustre. Rose clair peut être un peu trop clair. Je m'en sert donc par dessus Cosmo pour le faire briller ou pour apporter de la brillance sur lèvres nues. Et je suis tout de même contente d'avoir un rouge à lèvres de ce genre qui change des autres aux couleurs plus voyantes. 

Le deuxième est un pain pot (ça f'sait longtemps!) qui s'appelle Indian Wood.


Indian Wood est un bronze métallique. Et comme pour Constructivist, j'adore ce genre de couleur que je trouve superbe avec les yeux bruns. Il se suffit à lui même sur toute la paupière ou peut être associé à une couleur plus foncées en coin externe ou en liner (Constructivist, le retour). Le Color Tattoo "On and on bronze" de Maybelline en est un parfait dupe. 

Ce haul-revue s'achève avec une dernière petite acquisition faite lors de mon shopping de Noël en Allemagne. Ce petit dernier est le rouge à lèvres Rebel.

Rebel est un rose fushia foncé. Comme une fois de plus la description des couleurs n'est pas mon fort, voilà ce qu'en dit le site de MAC : Pourpre rosé. 
Il s'ajoute avec Private party aux couleurs que je n'aurais pas pensé porté mais j'en ai tellement entendu parler que je me suis dis pourquoi pas moi, et je ne le regrette pas. 
S'il y a d'ailleurs un conseil que je peux vous donner, c'est de ne pas vous arrêter pas à la couleur du rouge à lèvre au raisin ou en swatch sur votre main, demandez à l'essayer (de façon hygiénique) et jugez sur vos lèvres. Sur moi, Rebel donne un prune-bordeaux, tandis que sur d'autres il ressort d'avantage rose ou d'avantage violet.

Ainsi s'achève le haul de mes produits MAC en espérant que cela vous a plus et que ça a pu vous aider dans vos choix ou à vous décider à tester cette superbe marque.


Il me reste à vous souhaiter une très bonne année 2014, à bientôt ! 


Enjoy Life ! 
Cha' .